sur la piste de l'emploi
espace privé
Vous êtes ici : étudiants > Je cherche un emploi > L'ENTRETIEN DE RECRUTEMENT > Conseils > S'entraîner à répondre > Répondre aux questions délicates

 

Répondre aux questions délicates


Le recruteur vous pose une question déstabilisante ?

Il cherche vraisemblablement à mesurer votre capacité à gérer des situations difficiles et à évaluer votre réactivité. Il contrôle votre sincérité ou il observe votre capacité à conserver votre sang-froid…

C'est bien moins le contenu de votre réponse que la façon dont vous vous comportez qui l'intéresse.

Dans tous les cas, vous n'avez pas à vous justifier, mais à vous expliquer.

Une constante : rester calme !

Alors,  souriez et ...répondez de manière déviée ou humoristique, ou refusez poliment de répondre selon les cas.


 La question embarrassante

Elle vous gêne parce qu'elle évoque un élément ennuyeux de votre passé ou une caractéristique peu flatteuse de votre personnalité. Ne cherchez surtout pas à nier et ne vous fâchez pas. Répondez qu’en effet nul n’est parfait, que vous faites les efforts nécessaires pour y remédier et que, ma foi, vous progressez vite.

La question indiscrète

Elle n'a pas pour but de découvrir un secret mais de tester vos limites. Le qualificatif d'indiscret est très relatif. Ce qui va vous sembler terriblement indiscret peut être perçu comme anodin par une autre personne et vice-versa.
Soit vous jugez la question réellement indiscrète et vous le dites fermement. Soit vous pensez «après tout, quelle importance ?» et vous répondez avec un sourire entendu.

La question-piège

Elle sert à recouper une information qui a été donnée précédemment, et revient sur le sujet sous un angle différent. Vous en prenez conscience ou pas. Pas de souci si vous maîtrisez votre sujet. Gare en revanche si vous vous êtes surestimé ou si vous avez raconté des bobards ! Soyez cohérent et constant.

La question inattendue

Posée pour désarçonner le candidat et mesurer le contrôle de soi, elle porte sur un fait de société, sur la culture…ou sur la décoration de son bureau. Sans aucun lien avec le sujet, elle vous déconcerte. C’est moins le contenu de votre réponse que la façon de vous comporter qui intéresse le recruteur.
Restez le plus naturel possible et donnez calmement votre avis, c'est tout.

Un truc bien connu des politiciens pour vous donner le temps de reprendre vos esprits : la reformulation, qui vous offre deux avantages :

 cela vous donne du temps pour réfléchir
 la question reformulée est parfois moins embarrassante sous sa deuxième forme.

Par exemple :

  Le recruteur : "Et que suggéreriez-vous comme mesure ?"
  Le candidat  : "Comme mesure ?"
  Le recruteur : "Oui, auriez-vous quelques idées pour améliorer cet état de choses ?"

Alors, soyez cool ! Restez calme et maîtrisez vos émotions face à votre interlocuteur.

Ne vous mordez-pas les lèvres, ne gigotez pas soudain sur votre siège, n'enroulez pas vos jambes autour des pattes de la chaise, ne toussez pas ...

Regardez le recruteur en face, souriez et répondez directement. Une pointe d’humour n’est pas interdite, au contraire. Ou refusez poliment de répondre, selon votre appréciation.

Dans tous les cas, restez courtois.

 Exemples de questions délicates et de réponses adaptées


Imprimer

Haut de page

© 2010 Université de Lorraine - Aide -